1/19

VIE DE CHATEAU - Tree house modules

Maitre d'ouvrage

Localisation

Typologie

Surface

Année

Mission

Jury

Young Architects Competition - Dartagnans

Château de la Mothe-Chandeniers (86), Château de Vibrac (16) , Château de l'Ebaupinay (79)

​Habitat / loisir

25 m² + 39 m²

2020

Concours

Romain Delaume (Dartagnas) / Patrick Luth (Snøhetta) /Julio Rigoni (BIG) / Tue Hesselberg Foged (Effekt Architects) / Peter Pichler / Espen Surnevick / Matthew Johnson (Diller Scofidio + Renfro) / Marco Lavit (Atelier LAVIT) / Paolo Tranquillini (Starpool) / Angelo Luigi Marchetti (Malergno)

La cabane est le refuge de l’enfance, un lieu à part où se cultive l’imaginaire. Pour l’adulte, la cabane a une dimension nostalgique renvoyant à une forme d’insouciance et d’essence des choses, où il s’agit juste d’être là, de profiter de l’instant présent et de la poésie qui s’en dégage, loin de la frénésie ambiante de la vie contemporaine. Le cadre privilégié des trois sites appelle à cette de lenteur.

 

Par ailleurs, l’humain est un être profondément social, ainsi l’isolement dans la durée peut être mal vécu et peut même constituer une punition (prison). La période ressente, nous montre que cela est vrai, y compris quand il est confiné chez lui, alors que c’est pourtant l’espace où il devrait se sentir le mieux. Ainsi coupé de son environnement, le retour à la « vrai vie » peu s'avérer difficile (cabin fever).

En partant du constat de l’importance des rapports à l’environnement sur le bien-être de l’humain, le projet s’inspire des éléments communs et fondamentaux qui composent les sites (les tours des châteaux et le rapport à l’eau). Il propose des architectures capables, le temps d’un séjour, de (re)susciter l’imaginaire lié aux cabanes de notre enfance et procurer une expérience de relation intense avec un environnement naturel et patrimonial exceptionnel.

Le programme consiste en la création de 2 cabanes types, duplicables, à répartir sur les 3 sites. L'une est destiné a être positionné dans les arbres, l'autre au sol.

 

Le projet associe une architecture de détails à une matérialité soignée qui fait notamment la part belle au bois. Par exemple, les façades et toitures sont bardées de bois brûlé. Cette technique de protection naturelle du bois fait écho à l'histoire des châteaux ravagés par les incendies et qui les ont transformés en ruines (Lamothe Chandenier en 1932, Ebaupinay en 1794).